Derniers sujets

La personnalité antisociale

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La personnalité antisociale

Message par Invité le Ven 11 Nov - 11:39

"Définition

La personne atteinte d’un trouble de personnalité antisociale démontre une indifférence face aux normes sociales et aux codes culturels, ainsi qu’aux émotions et aux droit des autres. Elle adopte généralement un comportement impulsif, visant à répondre à ses propres besoins, peu importe les conséquences sur les autres. On utilise aussi le terme sociopathe pour désigner les personnes diagnostiquées avec le trouble de personnalité antisociale.

De 2.1 % à 4.3 % de la population est atteinte de ce trouble de la personnalité. Les personnes atteintes de personnalité antisociale sont presque exclusivement des hommes.

Symptômes

Des démêlés récurrents avec la justice
Une tendance à violer les droits d’autrui (propriété, intégrité physique, sexuelle, émotionnelle ou légale)
Un comportement agressif (intimidant, manipulateur), souvent violent
Une tolérance très faible à la frustration
Des difficultés à garder un emploi
Un sentiment permanent d’agitation ou de dépression (dysphorie)
Une incapacité à supporter l’ennui
L’indifférence envers la sécurité de soi ou des autres
Une enfance montrant des désordres comportementaux
Un comportement superficiel de séduction (manipulation)
L’impulsivité
L’absence de sentiment de culpabilité
Une tendance à rejeter la faute sur les autres ou à trouver des excuses pour expliquer ses comportements
Une incapacité d’anticiper les conséquences de ses actions
Une incapacité à tenir compte de ses expériences passées
Absence de ressenti émotionnel (émotions)
Égocentrisme : la personne établit des relations superficielles souvent limités à la recherche d’autosatisfaction immédiate

Les personnes souffrant du trouble de personnalité antisociale ont souvent des difficultés avec les figures d’autorité (par exemple : policiers, intervenants, professeurs, etc.).

Ces personnes peuvent blâmer leurs victimes d’avoir été stupides et de mériter leur sort, et selon leur point de vue, chacun se bat pour ses intérêts et tout est bon pour ne pas se laisser marcher sur les pieds."
Source:
http://www.maladiesmentales.org/troubles-personnalite/trouble-personnalite-antisociale/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Invité le Ven 11 Nov - 11:54

Alors un petit témoignage d'une victime de ce genre de personne.
Cotoyer et vivre avec ce genre d'homme , dans une relation sentimentale , cela signifie la mort de soi .

Mort de soi parcequ'on fait attention à tout ce qu'on dit ou ne dit pas , quand c'est en plus accompagné de paranoia , meme ce qui n'existe pas est une raison à la fureur. Pas de la colère mais de la fureur sur tout et n'importe quoi.
De tous les symptômes listés il les avaient tous .. Violence physique , psychique sur moi, sur les autres sans raisons parfois, sans possibilité d'avoir des remords , les autres n'ont qu'à pas , c'est leur faute .
L'autre n'est rien et surtout pas lui.

Et la victime dans tout ça .. Ben elle cherche l'amour la dedans . Le pire c'est qu'il y a aussi des moments ou ces gens là ont l'air fragiles, malheureux, des moments où ils sont doux . Et on prend ces moments là comme la vraie personnalité et les moments de fureur comme des accidents. L'un et l'autre viennent sans interruption. Cela destabilise , on voit la douleur le mal qu'ils font l'abscence de culpabilité , la destruction mais on se dit qu'on va pouvoir les changer parcequ'il existe ce coté "gentil" qui reste..

Sauf qu'on finit par prendre conscience, après avoir été violé , raquetter , menacé de mort , que le coté gentil n'existe pas et que la vraie personnalité c'est celle qui est froide et cruelle. Le coté gentil c'est l'apparat pour ne pas nous perdre, c'est la manipulation pour garder aupres de soi sa proie préférée. Le coté gentil arrivait lorsque je menaçais de partir , puis quand je restais sur ma position venait le coté glacial et terrifiant, la menace , le froid, le rien , l’absence de tout même dans ses yeux , si ce n'est que de la fureur.
Inconscience totale pour soi comme pour l'autre, il m'est arrivé de me faire arrêter en pleine autoroute par un coup de frein a main , tete a queue parcequ'il voulait descendre de la voiture.
Cruauté envers les animaux , et si on a le malheur de dire quelquechose c'est sur nous que ce déchaine la furie.
Et puis cette violence qui va un jour jusqu'au crime , toujours la sans culpabilité , alors on se dit que les menaces peuvent bien passer à exécution.

On finit par en sortir détruit , sans personnalité , marqué par la violence de chaque instant , comment se sentir etre face à ce déchainement de cruauté froide .
Même en s'en allant bien loin, on reste avec l'ombre gravé en soi , des cauchemars, la peur au ventre ..

J'aurais pu croiser dahmer c'était pareil ..
Je suis allée la dedans en sachant pertinemment , en recherchant le bon coté de cette personne , en pensant que l'amour pouvait changer même le pire des pires. Je me suis faite détruire jusqu’à ce qu'il n'en reste plus rien .

Au delà du traumatisme je crois que c'est une expérience qui m'a amenée à me connaitre aussi .
Mais des expériences comme ca on s'en sort rarement indemne . Et c'est quand on en sort qu'on réalise combien le danger était grand.
Je n'ai je crois pas de reproches à lui faire, je me suis assez reprochée moi meme d'avoir vécu ça , d'avoir cru naive qu'il existait un homme a sauver et perdu .
C'est moi qui était à sauver et perdue , lui ne voulait pas changer et ne pensait qu'a la violence et son besoin.
Reste à se reconstruire ..

Pour que la guérison ait lieu pour ce type de personne il faudrait qu'ils aient une souffrance , hors ils n'en ont pas .

Un extrait d'un site sur la Psychopathie intéressant sur les thérapies qui seraient finalement plus un outil précieux pour ces personnes la qu'une véritable aide à la guérison :

De par ses caractéristiques propres telles que le mensonge pathologique et la manipulation, la psychopathie – et cela quel que soit le type d’intervention thérapeutique – va à l’encontre même de la relation de confiance qui lie le patient et le thérapeute. Le manque de culpabilité et le sens grandiose du Moi sont peu compatibles avec un véritable désir de changement (2,58). L’étroitesse émotionnelle, en particulier la pauvreté des processus primaires (rêves, lapsus, fantasmes …), rend l’expression des émotions primaires, le recours à la technique des libres associations et l’établissement d’une relation transférentielle difficiles, voire impossibles (2,58). De même, certaines études semblent démontrer que certains programmes de thérapies fonctionnent pour les non-psychopathes, mais qu’ils aggravent en fait les vrais psychopathes (2,58).

Comment une thérapie peut-elle faire empirer la situation ? Robert Hare postule que la thérapie de groupe et la thérapie orientée vers la compréhension de soi aident en fait les psychopathes à développer de meilleurs moyens pour manipuler, tromper et utiliser les personnes, mais ne font rien pour les aider à mieux se comprendre (54). Enfin, signalons toutefois que la colère peut constituer une émotion primaire accessible à ces sujets dans la mesure où elle serait associée à leur faible tolérance à la frustration. En ce sens, les travaux de Novaco, cette fois dans le registre des thérapies cognitivo-comportementales, relatifs à la gestion de la colère, peuvent s’avérer utiles (10,59).


http://www.futurquantique.org/2010/03/12/la-psychopathie-depuis-%C2%AB-the-mask-of-sanity-%C2%BB-aux-neurosciences-sociales/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par MAO le Lun 14 Nov - 21:44

Merci tout plein Sahar!
Pour ce qui est des marques, on retrouve les mots des victimes de bourreaux, quelqu'ils soient, le meme "syndrome" qui s'exprime avec des variantes.
Et pour les pathologies on trouve des ponts..
J'ai vu des antisociaux, je pense qu'ici d'autres en ont cotoyé meme sans en etre victimes, ca leur parlera quand ils passeront par là.
Qu'est ce qui à la base fait se développer cette pathologie? cette "anormalité" sociale et relationnelle?
Tout se joue dans l'enfance n'est ce pas?
Plein de Lumière!
Mao

MAO

Messages: 569
Date d'inscription: 03/08/2011

http://maomedium.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Invité le Mar 15 Nov - 21:00

Y a t-il une réponse absolue à cette question je ne pense pas .
Comme toutes les pathologies je crois que ce qui amène un individu vers la pathologie tiens à la fois de l'environnement , du terrain physiologique et d'autres choses qui sont difficilement détachables.

Je sais qu'il y a des études de plus en plus poussées, notamment en neurosciences , des zones qui parfois bénéficient d'une activité moindre ou parfois atrophiées, que l'environnement peut aussi créer des chocs influant sur les parties déjà sensibles du cerveau .
Les carences, la maltraitance, mais aussi un terrain favorable tant de variables pour amener quelqu'un vers ces maladies la., plus ce qui est au delà des champs d'études conventionnels , qui sait .

Il y a tant de symptômes qui se ressemblent c'est sur, tant de traits qu'on pourrait parfois s'appliquer à soi même.

J'ai souvent entendu dire que la pathologie était souffrance parfois elle n'est souffrance que pour celui qui subit la personne qui en est atteinte. C'est la qu'on s'y fait prendre , c'est la que l'escalade commence aussi quand on croit que l'autre souffre forcément ..

Si difficile de comprendre comment un autre être humain peut ne pas être sensible a un autre "semblable" mais cela existe.
Je ne sais pas ce qu'il en est des possibilités de thérapies ou de traitement mais ce que j'ai vu personnellement c'est que c'est totalement inefficace d'aider celui qui ne se sent pas en difficulté , même si il commet les pires crimes .

Voir un autre etre en face quand on vit ce genre de chose aupres de ce genre de personne , me fait dire aujourd'hui qu'effectivement il y a des personne qui ne souffrent pas de faire mal à quoi bon vouloir les aider si ce n'est se détruire .
Moi j'ai choisis de fuir . Personnellement je ne me sens pas de taille à affronter de nouveau quelqu'un comme ca dans ma vie, et je n'en veux pas, je ne chercherais pas à l'aider .
Professionnellement c'est autre chose , meme si j'ai de sérieux doutes quand à ce qui peut etre fait pour ce cas la en particulier .

Bisous


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par MAO le Mar 15 Nov - 21:39

Le mot qui me vient est "restructure" mais pour celà, il faut "destructurer.
Je repense au film "orange mécanique" de Kubrik, où l'associal est soumis jusqu'à la nausée à la vision sur écrans des "crimes" qu'il commettait sans en éprouver autre chose que le plaisir de voir l'autre souffrir.
Un traitement inhumain pour un être inhumain.
Ca donne le même frisson que de voir un sociopathe être.
Et pourtant quelque soit la méthode, sans destructurer comment permettre à l'être de se structurer plus harmonieusement dans ce cas?
Plein de Lumière!
Mao

MAO

Messages: 569
Date d'inscription: 03/08/2011

http://maomedium.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Jolly_Roger le Lun 25 Fév - 3:05

Voilà mes réponses

Le trouble de la personnalité narcissique

oui Manque d’empathie
oui Exige de l’admiration excessive de la part des autres
oui Fantasmes de succès, de puissance illimités
oui Arrogant, hautain
oui Se croit spécial, supérieur aux autres
oui Exploite les autres dans ses relations interpersonnelles
non Est envieux et se sent envié
oui Adopte des gestes théâtrauxet une attitude grandiose

Le trouble de la personnalité antisociale

non Des démêlés récurrents avec la justice
non Une tendance à violer les droits d’autrui (propriété, intégrité physique, sexuelle, émotionnelle ou légale)
oui Un comportement agressif (intimidant, manipulateur), souvent violent
oui Une tolérance très faible à la frustration
non Des difficultés à garder un emploi
non Un sentiment permanent d’agitation ou de dépression (dysphorie)
non Une incapacité à supporter l’ennui
oui L’indifférence envers la sécurité de soi ou des autres
non Une enfance montrant des désordres comportementaux
oui Un comportement superficiel de séduction (manipulation)
oui L’impulsivité
oui L’absence de sentiment de culpabilité
oui Une tendance à rejeter la faute sur les autres ou à trouver des excuses pour expliquer ses comportements
oui Une incapacité d’anticiper les conséquences de ses actions
oui Une incapacité à tenir compte de ses expériences passées
oui Absence de ressenti émotionnel (émotions)
oui gocentrisme : la personne établit des relations superficielles souvent limités à la recherche d’autosatisfaction immédiate



Quelle est la différence entre la colère et la fureur mentionnées Ven 11 Nov - 5:54 ?

Jolly_Roger

Messages: 24
Date d'inscription: 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Invité le Lun 25 Fév - 10:03

Jolly_Roger a écrit:


Quelle est la différence entre la colère et la fureur mentionnées Ven 11 Nov - 5:54 ?

La colère est pour moi celle qui ne s'exprime pas forcément. Quand je parlais de fureur cela implique passage à l'acte violent sur autrui , sur tout ce qui se trouve devant , aucune barrière, aucun frein, rien qui raisonne ou apaise si ce n'est la soumission de l'autre ou la destruction. Parfois il y avait aussi ce regard si froid , si glacial .

Quand on regarde les classements pour ces troubles , la personnalité antisociale englobe la psychopathie et le sociopathe . C'est assez fourre tout.
Certains diront que la psychopathie est déja présente, alors que la sociopathie vient de l'environnement.
La personne dont je parle peut se mettre dans l'un et l'autre. Environnement violent, éducation violente et rejet, mais aussi quelquechose qui se transmet , un oncle en prison pour barbarie, un autre interné ... Ou s'origine les choses ? C'est pour ça qu'au final les classements qu'on peut faire sont franchement ce qu'on peut appeler bancal .
J'ai lu quelquepart que le niveau d'intelligence faisait les plus grand prédateurs , car ils savent se faire passer pour autre chose, ne pas faire se prendre.
La personne qui était avec moi n'en avait rien à faire , moins intelligent (qu'est ce qu'est l'intelligence?)peut être, moins dans l'élaboration pour obtenir ce qu'il voulait certainement, moins capable de donner d'illusions, ou de se contrôler.
Le résultat est tout aussi violent .

Peut être que je suis encore bien loin d'être guérie , parcequ'au fond malgré tout ce qu'en ressens de ce que j'ai vécu , j'aurais tant voulu l'aider quand je vois l'enfance qu'il a eu .
Mais c'est aussi le parcours de la victime d'ouvrir les yeux sur ce qu'elle recherche tant chez l'autre, ce qu'elle veut y voir, ce qu'elle ne veut pas accepter , de projeter parfois des émotions là où il n'y en a pas . Comprendre que l'émotion n'a pas sa place est difficilement saisissable, voir la simulation et non croire à ..
Il n'y aurait plus de victimes si toutes les petites victimes n'en étaient pas ..
Et en cela , c'est bien qu'il existe un espace où chacun peut s'exprimer et pourquoi pas avancer, encore faut il que ce qui est dit ne serve pas à améliorer les techniques de manipulations en comprenant mieux l'autre, mais à réellement amorcer une réflexion sur soi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Jolly_Roger le Lun 25 Fév - 15:29

J'apprécie de pouvoir vous lire.

Surtout que dans
le niveau d'intelligence faisait les plus grand prédateurs , car ils savent se faire passer pour autre chose, ne pas faire se prendre.
signifie certainement pour moi que cette intelligence est le signe d'une capacité d'adaptation. et que dans
Et en cela , c'est bien qu'il existe un espace où chacun peut s'exprimer et pourquoi pas avancer, encore faut il que ce qui est dit ne serve pas à améliorer les techniques de manipulations en comprenant mieux l'autre, mais à réellement amorcer une réflexion sur soi.
je peux retrouver ici une assurance du diagnostic car la réflexion a déjà débutée.

Je sais bien qu'admettre que l'autre soit un prédateur fait de moi une victime potentielle.

Dans l'ancienne Chine, les femmes, lorsqu'elles étaient en proie à la colère ou au chagrin, montaient sur de petites estrades, dressées spécialement pour elles dans la rue, et y donnaient libre cours à leur fureur ou à leurs lamentations. Ce genre de confessionnal devrait être ressuscité et adopté un peu partout, ne fût-ce que pour remplacer celui, désuet, de l'Église, ou celui, inopérant, de telle ou telle thérapeutique.

Plus près de nous, Marc-Aurèle, nous dit de façon stoïque : Il ne faut ni s'emporter ni flatter. La force s'augmente avec l'impassibilité. La douleur et la colère sont des signes de faiblesse ; c'est l'aveu de reddition.

Sincèrement,

Jolly_Roger

Messages: 24
Date d'inscription: 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Invité le Lun 25 Fév - 21:55

Jolly_Roger a écrit:

Dans l'ancienne Chine, les femmes, lorsqu'elles étaient en proie à la colère ou au chagrin, montaient sur de petites estrades, dressées spécialement pour elles dans la rue, et y donnaient libre cours à leur fureur ou à leurs lamentations. Ce genre de confessionnal devrait être ressuscité et adopté un peu partout, ne fût-ce que pour remplacer celui, désuet, de l'Église, ou celui, inopérant, de telle ou telle thérapeutique.

Plus près de nous, Marc-Aurèle, nous dit de façon stoïque : Il ne faut ni s'emporter ni flatter. La force s'augmente avec l'impassibilité. La douleur et la colère sont des signes de faiblesse ; c'est l'aveu de reddition.

Sincèrement,

J'ai enlevé ce que j'avais posté pas d'intêret.
Par contre , vos deux exemples sont déstabilisants tels qu'ils sont présentés ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

faiblesse

Message par Jolly_Roger le Lun 25 Fév - 23:41

J'assume que vous (comme Marc-Aurèle) entendez esprit comme la conscience en dehors de l'ego. Je suis actuellement en décroissance personnelle.

Quand j'éteins la lampe je ne vois rien. Vous êtes dans la lumière et je suis dans l'obscurité. Dans la dualité, toute infériorité est un signe de faiblesse. Il n'y a que dans l'action que je peux utiliser la faiblesse pour renverser les pôles de la balance comme on fait dans les arts martiaux que je ne pratique par ailleurs pas. Comme tous occidentaux, je me réalise dans l'action. Si je tendais a faire de la citation de Marc-Aurèle une réalité, je dirais que puisque la force est une vertu la faiblesse est donc une tare. Que l'homme fort est celui dont l'audace n'est point téméraire ni inconsidérée. Mais je ne suis pas Jeanne d'Arc. Smile

Je suis souvent colérique et quelque fois furibond mais ce sont toujours les douleurs «mentales» donc intérieures (mes représentations de failles) qui me mettent en colère. Ensuite je boude, puis je me sens affaibli et enfin je me dis que que «ce qui ne me tue pas me rend plus fort» et je viens ici.

Merci de prendre le temps de me lire.

Jolly_Roger

Messages: 24
Date d'inscription: 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Invité le Mar 26 Fév - 11:43

Oui force vs faiblesse est une réflexion intéressante.

Toute infériorité est un signe de faiblesse vous dites, je suppose que vous le ressentez comme ça, ce qui implique qu'il faut reprendre le dessus sur l'autre ou en se donnant une bonne image " ce qui ne tue pas rend plus fort".
Mais a aucun moment on se dit que c'est normal d'être destabilisé , en panique, en peur, qu'on ne peut pas y arriver . Accepter de ne pas savoir, de ne pas pouvoir faire , de ne pas pouvoir devancer , autant de chose que les autres se chargeront de mettre devant le visage. On ne peut posséder l'autre ou le détruire pour être en sécurité , parcequ'il n'existe pas de sécurité.
On ne peut saisir l'autre entièrement pour le controler, en allant le connaitre pour donner l'illusion sans se faire voir d'être sur la même longueur d'onde, ou susciter son intérêt de manière artificielle.

Je ne suis pas certaine que Marc Aurele entende la force comme le commun d'entre nous , plutôt comme ce qui n'a plus lieu d'être touché ne peut l'être, et pour ça il faut plonger dedans je crois, et pas essayer de redresser la barre comme on peut , même si c'est un moyen de survie a court terme, un jour on doit s'en séparer parcequ'il fait plus de mal que de bien , il empêche de vivre.
On est pas que ça et surtout pas ça ...

Une petite citation de Marc Aurèle pour le plaisir, mais que vous avez du lire:
""Comment pourrais-tu faire mourir en toi les jugements que tu formes,
autrement qu'en éteignant les perceptions sensibles qui y correspondent,
et qu'il ne tient absolument qu'à toi de raviver ? Je puis toujours
m'en faire l'idée qu'il faut en avoir ; et, du moment que je le puis,
pourquoi m'en troubler ? Les choses du dehors, puisqu'elles ne résident
pas dans mon esprit, ne peuvent absolument quoi que ce soit sur mon
esprit lui-même. Sois donc dans cette disposition ; et te voilà dans le
vrai. Tu peux alors te faire une vie nouvelle. Examine encore une fois
les choses comme tu les as vues naguère ; car c'est là précisément se
faire une nouvelle vie."

Jeanne d'arc, marc aurele des images, des instants T qui ne sauraient être réduit ou figé à une personne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par MAO le Mar 26 Fév - 13:15

Pourquoi autant de citations?
Elles parleront à des personnes qui ont accès à une forme de culture mais pas à d'autres.
Ce forum s'adresse à tous, alors essayons en permanence d'échanger avec des termes qui peuvent s'adresser à tous, qu'ils aient eu le choix ou pas d'avoir accès à une culture qui permettent de comprendre certaines tournures de phrases, des mots sortant d'un vocabulaire courant ou des citations qui demandent une certaine facilité de gymnastique intellectuelle.
Les mots, les images peuvent être simples, il est dommage "d'obliger" les admins à utiliser les citations pour répondre.
Roger, ce serait bien que tu parviennes à t'exprimer ici en pensant que tu t'adresses à monsieur ou madame tout le monde et donc à faire effort de te mettre à sa portée. On n'en sort que plus grand encore.
Plein de Lumière!
Mao

MAO

Messages: 569
Date d'inscription: 03/08/2011

http://maomedium.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Jolly_Roger le Mar 26 Fév - 13:18

Yaellin a écrit:Oui force vs faiblesse est une réflexion intéressante.

Toute infériorité est un signe de faiblesse vous dites, je suppose que vous le ressentez comme ça, ce qui implique qu'il faut reprendre le dessus sur l'autre ou en se donnant une bonne image " ce qui ne tue pas rend plus fort".
Bonjour Yaellin,
J'avoue que je suis un peu mêlé parce que vous avez enlevé un bout du fil de discussion et surtout que vous me citez hors contexte car "Non" ce que je dis est « Dans la dualité, toute infériorité est un signe de faiblesse. » Je ne vis pas dans la dualité, je vis dans l'absolu. Enfin, j'en ai l'impression.

Je ne lis pas Marc-Aurèle dans le texte, i.e. le grec, et dans ce cas-ci du moment qu’on peut raviver des sensations, il est sous-entendu par là même qu’on peut aussi ne les raviver point.

Ai-je bien compris votre pensée si je répète que vous entendez esprit comme la conscience en dehors de l'ego ? Merci.

Post scriptum : Jeanne d'Arc était dans l'action et est devenue un archétype féminin. Marc-Aurèle est traduit par plusieurs et ses pensées sont innombrables. De plus si les mots ne veulent plus dire ce qu'il disaient on est vite perdu.

Post post scriptum :
Yaellin a écrit:Par contre , vos deux exemples sont déstabilisants tels qu'ils sont présentés ...
Souhaitez-vous que je tente de vous rassurer ?

Jolly_Roger

Messages: 24
Date d'inscription: 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par MAO le Mar 26 Fév - 13:30

MAO a écrit:Pourquoi tant de citations?

Roger, ce serait bien que tu parviennes à t'exprimer ici en pensant que tu t'adresses à monsieur ou madame tout le monde et donc à faire effort de te mettre à sa portée. On n'en sort que plus grand encore.
Plein de Lumière!
Mao

Merci de lire et retenir.
Amitiés et Lumière!
Mao

MAO

Messages: 569
Date d'inscription: 03/08/2011

http://maomedium.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La personnalité antisociale

Message par Invité le Mar 26 Fév - 23:57

Bonsoir Roger,

Jolly_Roger a écrit:
Bonjour Yaellin,
J'avoue que je suis un peu mêlé parce que vous avez enlevé un bout du fil de discussion et surtout que vous me citez hors contexte car "Non" ce que je dis est « Dans la dualité, toute infériorité est un signe de faiblesse. » Je ne vis pas dans la dualité, je vis dans l'absolu. Enfin, j'en ai l'impression.
Même en rajoutant le contexte, à partir du moment où on réagit contre quelqu'un, contre quelquechose , c'est qu'on ne vit pas dans l'absolu à mon sens.
Personnellement je ne vis pas encore dans l'Absolu, j'aurais du mal à en parler . Ce qui est lourd d'enseignement c'est de regarder ce qu'on vit deja là ou on est, au lieu de viser quelquechose qu'on ne connait pas à mon sens.
Je suis dans la dualité quand je me sens en danger par l'attitude de quelqu'un et que j'essaie d'aller contre ce qu'il menace , tout en me sentant complètement perdue . Je suis encore dans la dualité quand j'essaie de ne pas me laisser faire et que je mets en place toute façon d'être ou de parler qui ne laissera rien passer , ou qui fera genre " je suis a la hauteur et je joute , ou je joue" ( enfin ça c'est une belle illusion). Mais je commence à être dans ma propre vérité quand je m'aperçois de ce que ça génère en moi et de ce que j'en fais, et à la question pourquoi , la réponse est : inutile .
Du coup ma vérité se trouve dans la dualité , puisque c'est ce que je vis : la peur, le reste....j'en sais rien .

Est ce parceque j'ai enlevé un bout de votre phrase que cela vous gène réellement?

Ai-je bien compris votre pensée si je répète que vous entendez esprit comme la conscience en dehors de l'ego ? Merci.
Donc non c'est plutôt l'inverse que j'en pense rechercher quelquechose ailleurs c'est se couper de soi, chercher a être autre chose . On croit être beaucoup de chose ou alors on juge ce qu'on croit être , en définitif on "se" refuse constamment. J'ai mis une image ailleurs.
Et ca rejoint le : se concentrer sur ce qu'on vit et non ce que veut atteindre ( dualité/absolu)

De plus si les mots ne veulent plus dire ce qu'il disaient on est vite perdu.
Je vous renvoie à votre extrait de Werber sur un autre post . On fait dire ce que l'on veut aux mots.


Souhaitez-vous que je tente de vous rassurer ?

Non je vous remercie Roger je m'en suis remise rassurez vous

Bonne soirée Smile


Dernière édition par Yaellin le Mer 27 Fév - 0:33, édité 7 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum